Equipe d'Algérie

Mamouni : «J’adhère à 200% à la décision de Belmadi d’écarter Delort...»

«Connaissant Djamel, je peux vous assurer qu’on va se qualifier. Je n’ai pas le moindre doute»

Auteur : Moumen Ait Kaci Ali lundi 07 mars 2022 19:09

«Si Djamel accepte de rappeler Andy, comment ses camarades vont-ils le prendre ?»

«Personne n’a le droit de prétendre aimer plus qu’un autre son pays… On est tous des Algériens»

«Rappelez-vous en 2004, on nous avait donnés tous morts face au Cameroun mais…»

L’ancien défenseur de l’équipe nationale, Mâamar Mamouni, revient dans cet entretien sur le match barrage qui attend les Verts contre le Cameroun. L’ex-sociétaire du FC Tour, Ajaccio, le Havre AC, la Louvière et la Gantoise nous donne aussi son avis sur cette histoire d’Andy Delort.

Le Cameroun qui ne réussit pas trop à l’Algérie sera notre adversaire pour une place au Mondial 2022. Un commentaire ?

C’est une équipe effectivement qu’on n’a pas battue souvent mais qu’on a réussi à accrocher par exemple en 2004. Maintenant, les choses ont évolué, on est devenus une équipe plus respectée et appréhendée par tous, malgré cette mauvaise Coupe d’Afrique où on n’a pas été au niveau. Ce n’est pas grave, on a deux matchs à jouer pour un objectif autrement plus important.

Vous ne croyez pas que cette élimination précoce de la CAN pourrait jouer un mauvais tour aux Verts ?

C’est un match très compliqué pour les deux équipes. C’est vrai qu’on aurait voulu faire mieux à la CAN mais croyez-moi, cette double confrontation n’a rien à voir avec des matchs de Coupe d’Afrique. Franchement, moi, j’y crois à cent pour cent

Le fait de n’avoir jamais battu le Cameroun en matchs officiels ne risque-t-il pas de donner un ascendant aux Lions indomptables ?

Non, pas du tout, pour la simple raison que cette génération ne connaît pas vraiment cette grande rivalité qui existait entre les deux nations. Je pense que nos joueurs ne vont pas du tout y penser, ils ont un objectif, je dirais même une dette envers le peuple de se racheter après cette CAN ratée au Cameroun et sur le même terrain où on était tombés après 35 matchs d’invincibilité. Je pense que cela existe plutôt dans les médias qui aiment rappeler des choses comme ça. Les sportifs de haut niveau prendront cette donne comme une motivation.

Comment vous voyez ce premier match qui aura lieu sur le même terrain où l’Algérie a été éliminée dès le premier tour ?

C’est un match à ne pas perdre là-bas à Douala. Il faut essayer de revenir avec le meilleur résultat possible pour ensuite faire le travail chez nous et fêter la victoire et la qualification devant notre public, inch’Allah.

Cela vous rappelle aussi la CAN 2004, où vous étiez donnés quasiment perdants contre la meilleure génération camerounaise d’Eto’o, N’jitap et les autres…

C’est exactement ça, peu de personnes croyaient en nos chances mais on avait réussi à tenir en échec l’ogre camerounais d’antan. On s’est très bien battus, je me souviens encore qu’on a été à la hauteur. On avait fait match nul, on était très contents de ce résultat car beaucoup de gens avaient prédit une élimination dès le premier tour. On nous a donnés derrière l’Égypte qui était aussi dans notre groupe et on était à deux doigts de créer l’exploit d’aller au bout. C’est pourquoi je vous ai dit qu’il n’y a aucune raison de ne pas y croire pour ce match barrage.

Djamel était déçu de ce record d’invincibilité arrêté. Vous pensez qu’il va trouver les mots pour retaper le mental de sa troupe, après une Coupe d’Afrique catastrophique ?

Connaissant Djamel Belmadi, je peux vous assurer qu’on va se qualifier. Je n’ai pas le moindre doute, je n’ai même aucune pression, j’ai une grande confiance en ce groupe de l’équipe nationale. Après, c’est normal qu’il soit déçu, car il y avait un joli record à ravir à l’Italie. Pour ceux qui connaissent Djamel, sa force réside dans son mental. Il est très difficile à déstabiliser, il sait se remettre en question et prendre les bonnes décisions. Il sait très bien comment remettre ses joueurs dedans et leur expliquer qu’il y a une qualification importante à chercher. Même les joueurs auront à cœur de montrer que l’équipe nationale est debout et prouver que ce n’était qu’une mauvaise passe.

Bounedjah ne marque pas, et du coup certains revendiquent le retour d’Andy Delort qui a demandé une parenthèse d’un an. Qu’en pensez-vous ?

Non, franchement, je suis à deux cent pour cent de l’avis de Djamel Belmadi. Il a tout mon soutien dans cette affaire. Delort a fait un choix, moi personnellement je l’accepte car ce n’est que du football,  après, l’amour du drapeau c’est autre chose. Je le comprends s’il a décidé de ne plus jouer pour l’EN mais il faut assumer. C’est pour cela que je vous ai dit que je suis à cent pour cent avec la décision de Belmadi. J’ai envie juste de vous rappeler qu’à notre époque, on payait de nos poches les billets d’avion pour venir en sélection. On venait pour l’amour du pays, après, chacun sa mentalité et son attachement. Je voudrais rajouter une chose, si vous permettez ?

Bien sûr, allez-y…

Je parle de mon cas personnel, lorsque j’étais international algérien, j’étais tout le temps en mésentente avec mon club car il fallait faire un choix entre la sélection et subir la pression de mon club surtout que cette date FIFA n’existait pas pour nous protéger. Djamel était un peu dans notre cas, donc je comprends un peu sa décision d’écarter Andy Delort et j’adhère à 200%. Il faut dire aussi qu’en tant que sélectionneur, s’il accepte de le reprendre, comment les autres joueurs comme Bounedjah ou Slimani vont le prendre, sachant qu’ils étaient partis faire la CAN. 

Même si certains disent que c’est un bon attaquant et que Bounedjah et Slimani peinent un peu en sélection…

J’apprécie beaucoup Delort en tant que footballeur, mais ce n’est qu’un joueur dans un groupe. Andy a fait un choix, qu’il assume. Après, moi, je le dis encore une fois, je suis cent pour cent derrière Djamel. Il n’est pas question de le rappeler. Bounedjah traverse une mauvaise passe, cela arrive dans une carrière. Inch’Allah Slimani et Bounedjah vont nous marquer les buts de la qualification au Mondial, retenez bien ce que je vous ai dit. 

Slimani retrouve le sens du but au Sporting. Une réaction ?

Slimani est un grand professionnel. Ce qu’il fait est juste exceptionnel. Rester au plus haut niveau comme cela depuis des années alors qu’il n’est pas à son début de carrière, c’est franchement extraordinaire. Il ne faut pas qu’il doute, c’est le football. Non, je reste à fond derrière notre sélection et notre sélectionneur. 

On parle toujours de l’amour du pays et la fierté de jouer pour le pays. Comment avez-vous vécu ces moments avec vos camarades locaux ?

L’amour de l’équipe nationale, on l’a tous, les binationaux et les locaux. Le meilleur exemple est cette équipe montée par Belmadi qui est allée chercher une Coupe d’Afrique en Égypte. Vous savez, on a vécu cela mais on était comme une seule famille. Personne ne peut avoir la prétention d’aimer son pays plus que l’autre. Lorsqu’on venait, c’était avec un réel plaisir, un bonheur immense et indescriptible.

Qu’est-ce que cela représente vraiment pour vous ?

Écouter l’hymne national était déjà pour nous un rêve de gosses et arriver à voir le drapeau se hisser dans un match international était pour moi quelque chose d’incroyable. Le fait de savoir qu’on avait tout un peuple derrière nous, nous transcendait. On n’avait pas les mêmes qualités techniques que cette équipe mais on sa battait avec nos valeurs. Vous savez, le fait de porter le survêtement de l’équipe nationale avec l’emblème était un honneur. Hamdoulillah, on remercie Dieu de nous avoir donné cette chance de représenter le pays et vivre ces moments magiques dans notre vie. C’est inimaginable.

Donc optimiste pour cette double confrontation face au Cameroun ?

Oui, bien sûr, on est tous derrière notre équipe nationale, c’est notre fierté, qu’ils s’accrochent et qu’ils se battent inch’Allah pour aller au Mondial. Je passe un grand salam à mon frère Djamel ainsi qu’à toute l’équipe. Je n’oublie pas d’appeler nos chers supporteurs à aller en force au stade Tchaker pour fêter inch’Allah la qualification au match retour.

Entretien réalisé par Moumen Aït Kaci Ali

 

 

 

Publié dans : Belmadi Djamel Mamouni

Fil d'actualité



Sondage

Archive

Votre pronostic pour le match de l'Algérie face à la Tanzanie?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
14:50 | 2018-04-20 Arsène Wenger à Arsenal en stats

Le Français en avait 46 quand il a pris les rênes d'Arsenal...

10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Edition PDF

N° 5408 06/07/2022

Archive

Année
  • 2022
  • 2021
  • 2020
  • 2019
  • 2018
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir